Les Maisons du port au clair de lune, Villefranche-sur-Mer, 1924

Huile sur toile. 81 x 100 cm. Collection particulière « Sous son pinceau, le quai Courbet est devenu un poème whistlérien baigné d’une lueur mystérieuse, des blancheurs ineffables où tout s’immatérialise, où des barques flottent dans le rêve, où la pierre, l’eau, tout en gardant leurs valeurs, semblent n’avoir pas plus de densité que l’air lui-même. »Camille Mauclair

La Place aux oiseaux, Villefranche-sur-Mer, 1924

Huile sur toile. 72,7 x 92,1 cm. Collection particulière « Il n’est pas de lieu plus propice que le Midi pour goûter la joie de retrouver des forces sous un délicieux ciel et j’espère bien vous voir cet hiver. Je trouve aussi là-bas dans la douceur de l’hiver le moyen de travailler encore en cette saison car je deviens un peu ...

La Fenêtre aux géraniums, Villefranche-sur-Mer, 1925

Huile sur toile. 81 x 65,1 cm. Collection particulière « J’ai hâte de retrouver l’enchantement de cette lumière que mes yeux ont appris à aimer et de retrouver un moment la douceur de vivre en échappant aux hivers perdus dans la pluie et aux ciels trop sombres sur de vieilles épaules. »Lettre de Le Sidaner à Henri Duhem

La Table ronde, Villefranche-sur-Mer, 1925

Huile sur toile. 72,8 x 60,1 cm. Collection particulière « Je m’escrime en attendant devant les clairs de lune et les levers de matin pendant que, somnolant, les flemmards villefranchois originels se lamentent sur la petite montée de baromètre qu’ils ont subie ou les quelques flocons qui ornaient d’ailleurs délicieusement les maisons d’or rose surprises de plumes blanches à leur ...

Le Soleil dans la maison, Villefranche-sur-Mer, 1926

Huile sur toile. 92 x 73 cm. Musée d’Orsay, Paris, dépôt au Sénat « Je n’irai pas cette année dans le Midi, il paraît que le temps y est merveilleux. Il faut assister aux séances du samedi et je ne puis me sauver une fois que Pâques arrive. Toutes mes amitiés à vos enfants, je crois que les nôtres vont aller ...