Portrait de Marguerite, 1893

Huile sur panneau. 32 x 24 cm. Collection particulière « Le Sidaner regarde la nature et la vie avec le même regard ingénu et frais, impressionnable à la simple poésie des choses, que les bons moines du XIIIe et du XIVe siècle. »Gabriel Mourey

Matinée, Montreuil-Bellay, 1896

Huile sur toile. 50 x 78,5 cm. Musée des beaux-Arts, Dunkerque « Le Sidaner aime l'apaisement, la religiosité, la belle ordonnance des choses nocturnes, et les arbres qui pleurent dans l'ombre et les lointaines futaies qui s'enfoncent en droites colonnades dans la nuit sont comme des avenues du temple du silence. »Paul Riff, 1896

Crépuscule, Montreuil-Bellay, 1896

Huile sur toile. 50 x 78 cm. Collection particulière « M. Le Sidaner nous montre le songe argenté de crépuscules parmi les plaines et l’isolement vieilli. Tout cela est un murmure charmant, paisible, de voix vespérales »André Fontainas, 1896

Nuit douce, 1897

Huile sur toile. 65 x 100 cm. Kunsthalle Hamburg « J'ai une série de figures qui ne veut pas devenir vierge et je m'embarbouille et je ne sais plus où j'en suis. »Lettre de Le Sidaner à Henri Duhem

Jeune femme lisant, 1897

Huile sur toile. 65 x 81 cm. Collection particulière « La poésie de Rodenbach ou de Samain, la dramaturgie de Maeterlinck, la peinture de Whistler, la musique de Debussy enfin et surtout, ont été les gages de ces velléités qui ont charmé une génération. Cette atmosphère capiteuse et pure tout ensemble, Le Sidaner l'a respirée, et elle a aidé à ...

Le Dimanche, 1898

Huile sur toile. 112,5 x 192 cm. Musée de la Chartreuse, Douai « Je dois vous dire l’émotion exquise ressentie la première fois devant ce dimanche de figures élyséennes et de cloches lointaines. C’est bien là le songe d’artiste d’un paysage d’avril dans une lumière d’espoir. »Lettre de Camille Lemonnier à Le Sidaner